Dieu rend visite à Newton

Dieu rend visite à Newton

***

Les Editions du Chemin de fer ont l’excellente idée de donner une nouvelle édition de cette longue nouvelle de Stig Dagerman, anarcho-syndicaliste torturé par la peur de l’échec et du désespoir, auteur d’une oeuvre riche et fulgurante bâtie en quelques années seulement, entre la gloire précoce qu’il connaît dès avant la guerre et son suicide en 1954 à 31 ans. Le texte de l’auteur suédois est ici accompagné d’un douzaine d’illustrations réalisées pour l’occasion par Mélanie Delattre-Voigt. Ces planches soulignent l’étrangeté du récit, mettent en lumière l’intrication entre les différents éléments symboliques qui servent à tisser le sens de cette fable où le merveilleux est le moyen narratif qui permet à Dagerman la mise à l’épreuve de ses théories sur les rapports entre lois scientifiques et lois divines, entre les hommes et Dieu. Ce dernier, écoeuré par l’éternité, veut rejoindre sa création, qui souffre, elle, du désespoir de ne pas être vue de Dieu. Le créateur décide de renoncer au miracle (« Le miracle choque le blasphémateur et fait en vain espérer le croyant, mais le coeur du monde n’en est pas atteint ») Sa conversion à l’humanité passe par le terrible apprentissage de la peur, de la souffrance, de l’humiliation, dans une scène qui n’est pas sans rappeler les écrits les plus sombres de Dagerman, écrivain hanté par la misère humaine, écrasé par le poids du monde, incapable de trouver le juste poids de responsabilité à porter sur ses épaules. On retrouve peu à peu les thèmes chers à Dagerman : la culpabilité et la solitude qui assaillent l’individu ; la recherche d’une raison de vivre qui illuminerait cette existence absurde ;  l’impossibilité de saisir quoi que ce soit d’une quelconque valeur et la terreur d’avoir à en être dépouillé; l’obsession de la mort et de la postérité ; et finalement le silence comme ultime refuge.

Sébastien Banse

Dieu rend visite à Newton (1727), Stig Dagerman. Illustrations de Mélanie Delattre Vogt. Editions du Chemin de fer, 72 pages, 14 euros.

N° 57 – Les Lettres Françaises du 7 mars 2009

Galerie

Les Lettres Françaises du 7 mars 2009.
Au sommaire : Arthur Rimbaud, par Jean Ristat ; Lettre à Jean-Claude Pirotte, par Aymen Hacen ; Duong Thu Huong, par Jean-Pierre Han ; entretien avec le pianiste Evgeni Koroliov… Continuer la lecture