Fargue, la poésie au tamis du temps

Galerie

Entre son « Tancrède » (1895) et ses « Poèmes » (1912), pourquoi ce long silence de Léon-Paul Fargue ? Une hypothèse : ce poète éminemment nostalgique avait besoin que du temps s’écoule pour y déposer dans sa mémoire, comme des sédiments, la matière de ses réminiscences poétiques… Par Antoine Guillaume Lire la suite