Georges Perec et le sport

Galerie

Georges Perec a fait du sport, du moins le raconte-t-il. Il a sauté en parachute pendant son service militaire, il a fait du ski dans son enfance à Lans-en-Vercors. On peut penser qu’il a quelquefois chevauché un petit vélo à guidon chromé… Mais je ne me souviens pas de l’avoir vu s’y adonner. Ce que je sais de ses relations riches mais complexes avec le sport ne vient donc que de ses livres… Par Paul Fournel Lire la suite

Ce que dit Chklovski


Ce que dit Chklovski

***

Quarante ans après leur publication en russe les mémoires de Chklovski viennent d’être traduites sous le titre d’Il était une fois. Quarante ans d’attente, c’est beaucoup pour un écrivain dont dix livres ont été publiés chez nous, parmi lesquels Zoo et Voyage sentimental, traduit par son ami Vladimir Pozner et Capitaine Fédotov, par Elsa Triolet. Sur la légende de Chklovski, car légende il y a, le mieux est de se reporter aux Souvenirs de Pozner, le méchant portrait qu’en fait Boulgakov dans son roman La Garde blanche étant sujet à caution.
Il était une fois est le récit de sa vie jusqu’aux années 20, agrémenté d’évocations fulgurantes d’événements et de personnalités qu’il a connus plus tard. En fait ces pages sont une plongée dans le siècle des Russes. La révolution de 1917, la guerre civile, les famines, le stalinisme, l’invasion de 41, les terribles années 50 en sont la toile de fond. Contrairement à une littérature qui faisait des masses, de l’épopée ou de l’héroïsme du peuple l’aliment de son discours, Il était une fois se caractérise par la précision et le sens du détail plus que par la mise en perspective des événements. L’auteur s’attache, sans prétendre y arriver toujours, à retrouver les sentiments qui étaient les siens. Un événement est à ses yeux plus intéressant par les réactions intimes qu’il provoque que par l’appréciation historique qu’on peut en donner.
Dès le début Chklovski donne le ton de son entreprise : « On a déjà publié de nombreux souvenirs mais le passé y est trop endimanché. » Chez lui rien n’est endimanché, ni son enfance dans une famille juive vivant le cancer des dettes, ni ses études difficiles, ni les péripéties hautes en couleur de sa participation à la révolution, ni le combat pour le formalisme en littérature et son intégration dans le dispositif des lettres soviétiques.
Il faisait partie de cette intelligentsia qui n’en pouvait plus des ravages du tsarisme. D’où son adhésion à la Révolution, côté socialiste-révolutionnaire et pas bolchevik. Les détails de ce qui lui arrive dans ces années, son émigration à Berlin etc., sont développés dans Voyage sentimental auquel Il était une fois renvoie. Ce qui est intéressant et fait l’objet de la préface d’Alexandre Stroev, c’est le ralliement de Chklovski au régime soviétique. Pour celui qui avait dit « L’art a toujours été indépendant de la vie et sa couleur n’a jamais reflété celle du drapeau de la citadelle », rentrer en URSS c’était se réinscrire dans la réalité et chercher le compromis avec les formes que prend le nouveau cours social. Il s’y est intégré et a mené combat pour ses idées, les adaptant à la situation de son pays. De cette attitude témoigne Technique du métier d’écrivain, écrit pour apprendre les rudiments du métier aux jeunes littérateurs russes des années 20, ou La troisième fabrique.
C’est certainement cette intégration à l’univers soviétique qui lui vaut la suspicion politique qui court dans la préface de Stroev. Combien Chklovski serait plus intéressant s’il avait rejeté le régime soviétique ! Or justement, sans abandonner ses théories qui nourriront les avancées de l’OPOIAZ et ne seront pas sans interférences avec l’Oulipo, Chklovski a su préserver l’indépendance du créateur et la conjuguer avec les contraintes de la réalité de son temps. Et faire progresser cette réalité, faisant cadeau à la révolution des avancées formelles des années 20. « Il ne faut pas penser que le travail de l’OPOIAZ a été stoppé en plein vol par des ordres administratifs quelconques » précise-t-il.
En toute chose Chklovski est précis et concis. Chaque phrase est un condensé de vie et de réflexion. Ainsi sur Gorki, « chevalier de la justice immédiate » : « il guettait l’avenir comme une femme attend son amoureux. »
Se souvenant du passé Chklovski « nettoie les vitres » et nous donne à voir la réalité passionnante de son époque et les réactions de Gorki, Blok, Maïakovski, Babel, Tynianov, Baudouin de Courtenay, c’est–à-dire de ceux qui avaient en charge l’avenir. (Ou le croyaient !) Peut-être l’affirmation suivante résume-t-elle son credo : « La révolution était jeune et elle le reste ; la patience de la révolution est infinie, parce qu’elle est héritière de tout le travail de l’humanité. »

François Eychart

Victor Chklovski, Il était une fois, traduit par M. Zonina et J-Ch. Bailly, Éditions Christian Bourgois, 23 euros.

Share this...
Share on FacebookTweet about this on Twitter