Christine Jordis, le coeur de l’infini

Galerie

Cette galerie contient 2 photos.

L’exil est le paradis de l’amour. De la première à la dernière page de « Tu n’as pas de cœur… » l’amour en exil se libère et, sous les cris de la mère et le silence de l’enfant, une voix anonyme murmure à voix très basse : « Pardonne-moi »… Par Silvia Baron Supervielle Continuer la lecture