Kateb Yacine, la révolution dans la révolution

Galerie

J’aperçois dans une vitrine le nom Cossery, et, par glissement, c’est la voix pointue de Choukri, celle hachurée et chuintante de Genet, celle discordante de Guyotat, que j’entends. Auxquelles se superpose celle de Yacine. Rentré chez moi, je rouvre « Le Poète comme un boxeur ». La voix a le calme implacable des justes éprouvés, contemporaine et ancienne… Par Patrick Autréaux. Continuer la lecture