La poésie secrète d’Elizabeth Goudge

Galerie

Elizabeth Goudge est ressuscitée, grâce au Mercure de France, et c’est une bonne surprise. Goudge (l900-l984), dont la quasi-totalité des romans a été traduite entre l’immédiate après-guerre et les années l970, n’a pas eu la fortune posthume qu’ont connue chez nous ses contemporaines Daphné du Maurier ou Rosamond Lehmann, et elle reste la plus méconnue des grandes romancières anglaises néovictoriennes du XXe siècle… Par Christophe Mercier. Lire la suite