Georges Perec et le sport

Galerie

Georges Perec a fait du sport, du moins le raconte-t-il. Il a sauté en parachute pendant son service militaire, il a fait du ski dans son enfance à Lans-en-Vercors. On peut penser qu’il a quelquefois chevauché un petit vélo à guidon chromé… Mais je ne me souviens pas de l’avoir vu s’y adonner. Ce que je sais de ses relations riches mais complexes avec le sport ne vient donc que de ses livres… Par Paul Fournel Lire la suite

Le Tour des géants

Le Tour des géants

***

Nicolas Debon s’est attaché à retracer le Tour de France de 1910, étape par étape, en quize chapitres. De son trait simple, primitiviste, qui convient à l’archaïsme de l’épreuve, il peint les souffrances de ceux qu’Albert Londres avait baptisé les « forçats de route » et fait revivre les peronnages qui ont marqué cette édition : Octave Lapize et François Faber, liés par leur terrible duel, Garrigou, le premier homme à passer le col du Tourmalet à vélo, Henri Desgrange, fondateur du journal l’Auto et créateur du Tour, ancien coureur peu charitable envers ceux qu’il dirige désormais. Les amendes et les disqualifications viennent s’ajouter aux crevaisons à répétition, aux chutes, à la pluie, aux sabotages…Parvenu au terme de l’étape qui a vu les concurrents gravir le Tourmalet, Lapize lance aux organisateurs :  « Vous êtes des assassins ! » . Debon entretient jusqu’au bout le suspense de ce Tour dont la victoire se joue à quelques kilomètres seulement du vélodrome du Parc des Princes. Antoine Blondin, qui couvrit l’épreuve pour l’Equipe pendant près de trente ans, notait dans une des ses chroniques :« Le sport possède le privilège de composer des monuments somptueux et fugitifs qui s’absorbent d’eux-mêmes sans laisser de traces ailleurs que dans les yeux et les esprits de ceux qui les ont accueillis. » De ce monument, un siècle après sa disparition, Nicolas Debon nous offre une belle esquisse.

Sébastien Banse

Nicolas Debon, Le Tour de Géants, Dargaud, 78 pages.