Nicolaï Roslavets (1881-1944)


Nicolaï Roslavets (1881-1944)

***

Les deux Concertos pour violon de Roslavets qu’interprètent l’orchestre symphoniqueécossais de la BBC sous la direction d’Ilan Volkov avec Alina Ibragimova en soliste, donnent une bonne idée de la musique de ce compositeur. C’est dans les années 20 que l’étoile de Roslavets s’élève au sein de cette avant-garde musicale russe qui veut remettre en cause bien des idées reçues et promouvoir une nouvelle sensibilité.

Entre 1905 et 1917 la Russie se trouvait à la pointe de la modernité et son influence musicale s’étendait sur toute l’Europe. Futurisme, constructivisme, bruitisme et autres « ismes » voisinaient alors avec des tendances plus sages, néo romantiques. Une pléiade de jeunes compositeurs comme Mossolov, Obouhov, Lourié, Roslavets vont trouver avec les événements révolutionnaires la possibilité d’imposer leurs vues et leurs expériences musicales. Grâce à Lounatcharski, Arthur Lourié occupera à 30 ans les fonctions de Commissaire à la Musique et s’occupera de l’organisation des éditions musicales soviétiques. De ces années il écrira ensuite : « C’était une époque fantastique, incroyable et le futurisme fut la chose la plus pure qu’il m’est jamais été donné de connaître. » (On en trouve une réminiscence dans son Concerto da camera, écrit 20 ans plus tard.)

Roslavets est un autodidacte de formation, influencé par Scriabine et le dodécaphonisme. Il a cherché un nouveau système d’organisation des sons mettant fin au système classique, offrant une base solide aux créations intuitives. « Je sais que l’acte créateur n’est pas une transe mystique, qu’il n’est pas une divine révélation mais un moment de suprême effort pour amener l’inconscient dans la sphère de la conscience. » écrit-il en 1924. Ses productions symphoniques sont conçues dans une proximité des œuvres de Baudelaire, Byron, Laforgue ou de la peinture de Malevitch. Il fut un des responsables de l’Association pour la musique contemporaine, un des groupements à l’esprit ouvert où il eut pour collègue, entre autres, Miaskovski, Popov et Chostakovitch. Ses sympathies apparaissent dans sa musique mais aussi dans certains articles comme « De la musique pseudo prolétarienne » qui lui vaudront jusqu’à sa mort la haine de certains cercles intolérants dits « prolétariens » qui ne cesseront de traquer en lui un corps étranger à la révolution.

Le Concerto pour violon n° 1 date de 1925, lorsque Roslavets était rédacteur aux Editions musicales d’Etat. Pendant longtemps sa partition fut considérée comme perdue, il n’en restait qu’une réduction pour piano et violon. Elle fut redécouverte dans les archives des Editions musicales dans les années 80 et ce concerto qu’Edison Denisov considérait comme un des meilleurs du XX° siècle, après celui de Berg, connut rapidement une belle fortune posthume. Dans une rutilance qui lui est propre on y retrouve l’influence de Scriabine et de Schœnberg mais aussi des anticipations de ce motorisme véloce qui sera cher à Prokofiev. La richesse orchestrale de l’œuvre qui fait la part belle au violon, bien qu’il doive parfois lutter contre la masse des autres instruments, va jusqu’à des sonorités de fanfare au rythme convulsif. C’est en fait une œuvre splendide au carrefour du symphonisme cher aux post-romantiques et des audaces nouvelles qui vont venir.

Ces audaces, Roslavets va y participer malgré ses déboires avec les prolétariens qui ont réussi à le chasser de ses fonctions. Il s’éloigne donc de Moscou pendant des années, vivant à Tachkent, en Ouzbékistan, y recueillant des thèmes populaires, comme Bartok le fit dans les campagnes hongroises. On en retrouve dans son Concerto pour violon n° 2, écrit dans le milieu des années 30 lors de son retour à Moscou. Par rapport au premier, ce concerto est de proportions moindres, écrit pour un orchestre réduit. Son style est harmoniquement simplifié et largement tonal, les développements sont plus courts avec moins de reprises et d’enrichissements. Sans rejeter l’influence de Scriabine et du dodécaphonisme, il intègre des éléments populaires qui expriment la joie de vivre. Le troisième mouvement, en particulier, avec son attaque vive et dansante, dans lequel il n’est pas interdit de sentir des souvenirs de la Symphonie classique de Prokofiev exprime une sorte d’acquiescement au monde, le destin de chacun trouvant à s’insérer dans le chant général. Malheureusement Roslavets n’eut pas le bonheur d’entendre jouer cette œuvre qui resta dans ses cartons. Il mourut prématurément en 1944. L’enregistrement d’Ilan Volkov est une première mondiale.

François Eychart

Nicolaï Roslavets, Concertos pour violon, BBC scottish symphony orchestra, 2008, CD Hypérion.

2008

 


N° 36 – Les Lettres Françaises du 7 avril 2007

Galerie

Cette galerie contient 1 photo.

Au sommaire du numéro 36 : Dossier Byron, par Franck Delorieux, Gérard-Georges Lemaire, Gabriel Matzneff, Marc Porée, Jean Ristat et Claude Schopp ; Christian Giudicelli, par Jean Ristat ; Paul Celan, par Gérard-Georges Lemaire ; Marie-Pierre Pruvost, par Hélène Hazera ; Roberto Vecchioni, par Francesco Magris ; André Gide, par Martine Sagaert ; Gramsci, par Baptiste Eychart ; Bacon, par Justine Lacoste ; Don Quichotte, par José Moure… Pour télécharger le numéro, veuillez cliquer ici. Continuer la lecture