Christine Jordis, le coeur de l’infini

Galerie

L’exil est le paradis de l’amour. De la première à la dernière page de « Tu n’as pas de cœur… » l’amour en exil se libère et, sous les cris de la mère et le silence de l’enfant, une voix anonyme murmure à voix très basse : « Pardonne-moi »… Par Silvia Baron Supervielle Continuer la lecture

Kristen Roupenian, la part inavouée du désir

Galerie

Dans le recueil de nouvelles que Kristen Roupenian publie aujourd’hui, « You know you want this », l’écrivaine poursuit son exploration de la part indicible, inavouée, du désir, qui semble d’autant plus impérieuse qu’elle est médiatisée par des images… Par Sébastien Banse Continuer la lecture

Kateb Yacine, la révolution dans la révolution

Galerie

J’aperçois dans une vitrine le nom Cossery, et, par glissement, c’est la voix pointue de Choukri, celle hachurée et chuintante de Genet, celle discordante de Guyotat, que j’entends. Auxquelles se superpose celle de Yacine. Rentré chez moi, je rouvre « Le Poète comme un boxeur ». La voix a le calme implacable des justes éprouvés, contemporaine et ancienne… Par Patrick Autréaux. Continuer la lecture

Jacques Vaché, le dandy au browning

Galerie

L’amitié brève d’André Breton pour Jacques Vaché a eu une telle importance, les lettres de Vaché ont représenté pour lui un tel manifeste existentiel que le surréalisme de Breton en est issu. L’édition intégrale des « Lettres de guerre » donne de Vaché une image plus complète… Christophe Mercier Continuer la lecture

Le Chaos de Pasolini résonne toujours

Galerie

La publication tardive en France du dernier recueil d’articles qu’il restait à traduire de Pasolini rappelle l’ambiguïté de sa position d’observateur de la vie politique et sociale italienne, et son besoin constant de dialoguer avec les lecteurs et même avec ceux qui ne le liraient jamais, ne le comprendraient jamais, mais se rendaient compte qu’il était une figure envahissante des médias… Par René de Ceccatty Continuer la lecture

L’énigme Murakami

Galerie

Il y a réellement quelque chose chezMurakami de l’ordre de l’obsession, une obsession « tranquille » (du personnage principal) qui pourrait bien être de l’ordre de la folie, jamais dite, jamais évoquée, mais vécue le plus tranquillement du monde… Par Jean-Pierre Han Continuer la lecture