Jules Laforgue, « renaître moqueur »

Galerie

Comme la plupart des écrivains du courant symboliste, Jules Laforgue était à la recherche du nouveau, du singulier. La manière dont il s’est distingué dans la riche production littéraire de la fin du XIXe siècle tient pour une bonne part « à l’usage critique et réflexif qu’il a su faire de matériaux à ses yeux éculés : il a osé les manipuler et les recycler, au lieu de tenter à tout prix de les éradiquer. » Dans le corpus si tragiquement restreint des œuvres de Laforgue, les « Moralités légendaires » tiennent à cet égard une place éminente. Lire la suite

Chroniques d’Amérique latine : Jacinta Escudos

Galerie

De nationalité salvadorienne, Jacinta Escudos est auteure de romans, de contes, de chroniques et d’essais. Comme le souligne le grand écrivain nicaraguyen Sergio Ramirez, l’œuvre de l’écrivaine, appréhendée dans son ensemble, traduit de manière singulière et sensible le prisme d’une réalité tout à la fois terriblement brutale et comique. Nous proposons ici un extrait du roman inédit en français et traduit par nos soins… Par Marc Sagaert. Lire la suite

Karel Capek en Angleterre

Galerie

Des notes de voyage dans l’Angleterre de George V, écrites par l’auteur de La Guerre des salamandres, et illustrées par lui-même : un petit livre réjouissant de bout en bout. Karel Capek est un modèle de voyageur : cultivé, ouvert, observateur, mais jamais dupe de ce qui lui passe sous les yeux. Et d’une constante drôlerie… Par Christophe Mercier Lire la suite

Luke Short, Western littéraire

Galerie

Auteur d’une bonne cinquantaine de romans, l’Américain Luke Short (1908-1975) est absolument inconnu en France, où il a été traduit pour la première fois en 2016, sous les auspices de Bertrand Tavernier qui, après « Ciel rouge », nous en propose aujourd’hui un deuxième roman, « Femme de feu » (« Ramrod », 1943)… Par Christophe Mercier. Lire la suite

Maxime Cochard, les jeux du désir et de l’ambition

Galerie

Je pensais trouver, en lisant « Cette infortune », premier roman de Maxime Cochard, une odeur du XIXe siècle. Un jeune homme de province, avide de vie et de grandeurs, se rue sur la capitale pour y découvrir ses plaisirs et conquérir le monde. Pourtant, si l’on peut rapprocher ce livre du roman réaliste du XIXe, et notamment de « Lucien Leuwen » de Stendhal, pour le dilettantisme du personnage, c’est plutôt vers le XVIIIe que Cochard nous emmène… Par Victor Blanc. Lire la suite

Le chemin caché de Modiano

Galerie

Les œuvres de Patrick Modiano semblent se dérouler dans un type d’univers improbables dont on se demande s’ils ont jamais eu une quelconque réalité. En réalité, les clés ouvrant les portes qui donnent accès au fameux « chemin caché » sont tout simplement celles de l’écriture. Le phrasé dans son apparente simplicité nous saisit dans ses rets et ne nous lâche plus. Nous sommes, à notre tour, embarqués. Et Patrick Modiano nous embarque encore et toujours dans un autre jeu, celui des formes… Par Jean-Pierre Han Lire la suite

Le Journal de Sarashina, éloge de l’éphémère

Galerie

Sarashina est le nom de la région où se trouvait une montagne appelée Obasuté. Dans cette autobiographie, il est question de déplacements à travers le Japon, au gré d’humiliantes mutations du père de la narratrice, puis du service qu’elle accepte auprès d’une princesse. Et le récit est jalonné de descriptions géographiques d’une extraordinaire intensité poétique et d’allusions sentimentales… Par René de Ceccatty. Lire la suite

Jean-Paul Goujon : Éros Grand Siècle

Galerie

Au début du XVIIe siècle, se développe un courant de pensée qui entend renouer avec la philosophie d’Épicure, critiquant le christianisme et sa morale. Les « libertins » produiront des textes de toutes sortes qui assureront la transition entre une certaine Renaissance et le siècle des Lumières. C’est l’aventure de ces esprits libres qu’évoque Jean-Paul Goujon avec sa belle anthologie… Par Jean-Claude Hauc. Lire la suite

Nabokov épistolier

Galerie

Quand on lit les lettres de Proust, de Céline, de Beckett — pour évoquer trois correspondances imposantes de trois grands quasi contemporains de Nabokov — on retrouve, derrière l’homme, le style qui appartient à leur être même, moins peaufiné, encore à l’état brut, mais toujours présent. Chez Nabokov, rien de tout cela : son style magnifique de romancier n’est pas celui de l’homme au naturel… Par Christophe Mercier. Lire la suite

Géographie des vies intérieures

Galerie

C’est un ouvrage écrit par deux géographes qui traite d’une réalité aussi universelle que personnelle : le rapport intime aux lieux. Les deux essais ont pour point de départ l’ambition de trouver ce qui fonde l’humain en géographie, une discipline qui ne saurait se limiter à des statistiques ou quelques cartes désincarnées. Car la géographie est aussi la projection dans l’espace de nos vies intérieures, une mise en espace de nos représentations… Par Cécile Gintrac Lire la suite