Un polar pour la soif


Un polar, la Soif de Pierre-François Moreau ? Sans doute, et avec tous les ingrédients qui s’y rattachent, mais comme portés à leur degré d’incandescence extrême. Et, surtout, qualité première de l’ouvrage pas si fréquente dans le genre, une qualité littéraire éclatante liée à la jouissance qu’éprouve l’auteur au fil de l’écriture de son roman, entre dialogues secs comme des rafales de mitraillettes et déluges verbaux en cascade. Tout cela dans une histoire embrouillée à merveille qui mêle habilement le politique au grand banditisme. Le tout dans une belle balade entre l’Espagne et le nord du Maroc (Tanger, Tétouan, etc.), dont Pierre-François Moreau semble connaître les us et coutumes très spéciaux qu’il décrypte avec une belle perspicacité et nous offre sur un plateau. L’auteur n’a pas oublié qu’il est reporter et chroniqueur littéraire, auteur de scénarios pour le cinéma : ses personnages hauts en couleur vous saisissent par le col et ne vous lâchent plus. Voilà qui donne un très singulier polar politico-littéraire de très belle facture, haletant de bout en bout. De quoi vous donner véritablement… soif!

Jean-Pierre Han


La Soif, Pierre-François Moreau

La Manufacture de livres, 200p., 16 €