L’oubli, comme matrimoine


En 2062 s’ouvre au Tribunal du Grand Paris, anciennement le Stade de France, un procès prophétique de grande ampleur. Sa mission est d’éclaircir une période politique méconnue de l’histoire de France : le Grand Blanc. La cible du procès est la Sybille, membre fondatrice du Parti féministe du Cercle, qui plaça à sa tête Élisabeth Ambrose, la première Présidente de la République française élue en 2017. C’était un peu avant l’amnésie générale, votée par référendum à 98 %. Toutes traces d’archives remontant à cette époque d’amnésie furent ainsi réduites en cendres et les mémoires reformatées. L’audience inaugurale de la Sybille lève le voile sur la chute du Président François Hollande et l’élection d’Élisabeth Ambrose. La Sybille juge le contexte politique de cette époque cauchemardesque. Une « campagne boueuse d’enterrements, d’égo marécageux et de formation clapotante » n‘y pouvait rien.

Face à « la peur, la précarité, la colère », d’un peuple à l’identité malmenée, face à des conditions climatiques empirées, la seule solution avait été une révolution féministe préparée minutieusement. Depuis 2012, les déesses fondatrices de la mythologie grecque infiltraient la France. Elles avaient scellé leur destin lors du serment de la Théière signé sur un morceau de parchemin à Olympie. L’invisibilité des femmes dans l’histoire avait pu être déjouée in extremis, juste avant que l’Apocalypse ne survienne.

Avec des effets de temps et d’ellipses, Chloé Delaume réinvente le polythéisme à chaque page et y entremêle des références à l’histoire contemporaine et antique. C’est aussi plaisant à lire que Les Métamorphoses d’Ovide. Elle rend les déesses Déméter, Aphrodite, Artémis, Hestia, Athéna, Héra, vivantes. Au fil des pages, des échos à un événement qui surgit vers 3080 av. J.-C. à Athènes résonnent : avait alors éclaté une guerre civile si affreuse, qu’il fut interdit d’y faire allusion.

L’origine du monothéisme est aussi évoquée avec un clin d’œil au mutisme originel de la femme : « Ève est celle qui se tait, fille aînée des soumises et de l’aliénation ». Des dossiers épistolaires entre Artémis et Jésus Christ viennent étayer d’une manière truculente toute cette enquête. Les registres s’entrecroisent avec habileté, passent d’un discours cinglant à l’intention du Président de la République à des poèmes d’une ironie cruelle. Des sorts maléfiques fusent de chapitre en chapitre pour rétablir la vérité. C’est drôle, intelligent, mais surtout impertinent. Les sorcières de la République conjuguent l’imagination et la narration à la perfection.

Quentin Margne


Chloé Delaume, Les sorcières de la République

Seuil, 368 pages, 20 euros.

Share this...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter