L’art de Germaine Krull


Germaine Krull déclarait en 1930 : « Photographier, c’est un métier. Un métier d’artisan. Un métier qu’on apprend, qu’on fait plus ou moins bien, comme tous les métiers. Le photographe est un témoin. Le témoin de son époque. Le vrai photographe, c’est le témoin de tous les jours, c’est le reporter. » Faut-il en déduire que Germaine Krull se contentait d’un reflet fidèle du réel – cette illusion dans laquelle on enferme trop souvent la photographie et qui pousse à une production pléthorique de clichés sans réelle valeur esthétique ? La rétrospective du Musée du Jeu de Paume démontre le contraire.

9782754108164-GGermaine Krull nait le 29 novembre 1897 en Allemagne. La famille voyage beaucoup. La jeune fille mène une vie libre. De 1915 à 1917, elle étudie la photographie à Munich. En 1918, elle publie un ensemble de nus féminins. Krull s’engage aussi politiquement dans les milieux d’extrême gauche. En 1921, elle assiste à Moscou au Congrès de la III° Internationale où elle écoute le discours de Lénine. Elle est alors arrêtée et emprisonnée à la Loubianka. Elle ne sera libérée que début 1922, malade du typhus. Elle rentre à Berlin, amère, désabusée. De 1923 à 1924, elle poursuit son exploration du corps féminin avec plusieurs séries et notamment un recueil érotique lesbien. Elle s’installe à Paris en 1926, se consacre à la photographie de mode notamment dans l’entourage de Sonia Delaunay. Deux ans plus tard, elle collabore au magasine Vu où elle explore les possibilités modernistes de son art. Le portfolio Métal est ainsi consacré à la Tour Eiffel et aux architectures métalliques en général. Elle multiplie les reportages modernistes, s’intéressant aux clochards, aux Halles, aux fêtes foraines, bars et autres aspect du Paris populaire. Elle fait le portrait de Colette, Cocteau ou Malraux. Germaine Krull devient une artiste de plus en plus en vogue. Elle multiplie les publications, illustre Colette ou Simenon. En 1931, les éditions Gallimard publie Germaine Krull par Pierre Mac Orlan. Elle se passionne pour l’automobile et les grandes routes. En 1940 elle part de Marseille, sur laquelle elle avait publié un livre, pour rejoindre Rio de Janeiro où elle se met au service de la France Libre. Elle part quatre plus tard à Alger où elle rencontre le général De Gaulle qu’elle portraiture. Elle suit ensuite l’armée commandée par de Lattre de Tassigny et en tire la plaquette La Bataille d’Alsace avec un texte de Roger Vailland. Germaine Krull part ensuite pour de longs voyages en Asie dont elle tire encore plusieurs ouvrages. En 1967, ses films sont diffusés à la Cinémathèque française à l’invitation d’Henri Langlois. Elle s’engage à partir de 1968 auprès des Tibétains. Elle meurt le 30 juillet 1985, après avoir rédigé son autobiographie, La Vie mène la danse.

Pierre Mac Orlan, citons-le un peu longuement, écrit d’elle : « Cette artiste adroite et sûre d’elle-même, qui est un grand reporter et un poète de la vie quotidienne, associe étroitement sa personnalité à tous les éléments d’acier et de chair qui forment et servent par la suite à formuler le pittoresque et la fantastique social de l’époque contemporaine. / À la poésie mélancolique que les grands reporters comme Béraud, Dorgelès, Londres, Morand, Condroyer, G. Manue, Helsey et d’autres donnent au monde dont le rythme s’accélère, la photographie, celle de Krull par exemple, s’adapte comme un détail, une chanson définitive et profonde, une couleur, une parole, un cri dont le rayonnement est à peu près illimité. Son art frappe l’intelligence. C’est un choc sonore et les arrière-pensées, même les plus intimes surgissent à l’appel sournois des éléments secrets de la plaque. / Que Germaine Krull transpose un paysage de machines en une sorte de symphonie stupéfiante, qu’elle joue littéralement avec les lumières de Paris entre la place Pigalle et celle de la Bastille, elle ne crée pas des anecdotes faciles, mais elle met en évidence le détail secret que les gens n’aperçoivent pas toujours, mais que la lumière de son objectif découvre là où il se cachait . »

Germaine Krull, MetalGardons l’expression de « symphonie stupéfiante ». Les photographies de la Tour Eiffel ou des machines réunies dans Métal semblent en acier, elles sonnent, résonnent et tonnent comme de l’acier. Elles dévoilent une esthétique de l’industrie. On songe souvent au constructivisme, aux cadrages radicaux de Rodchenko et l’on peut se demander si Krull n’a pas découvert ce mouvement lors de son séjour en URSS. Krull transfigure ses sujets. Nous sommes bien face à une poétique de l’acier, une poétique de la machine servies par des points de vue sans concession, vertigineux.

De ses reportages sur Paris, Germaine Krull écrira dans son autobiographie : « Les gens voulaient voir Paris comme ils ne l’avaient jamais vu, comme ils ne le connaissaient pas. » Si certains de ces clichés paraissent moins spectaculaires, plus démonstratif, elle ne perd pas son sens précis du regard. Avait-on vu la beauté d’un étalage de choux fleurs ? Elle le montre avec le même sens des diagonales relancées par des effets de lumière dans Les Halles, de nuit (1928). Même art pour représenter le pare-choc d’une voiture ou le trafic parisien où un amas d’ailes, de klaxon et de phares composent un chaos de formes.

Ses portraits ne laissent pas d’étonner. Lors de sa première rencontre avec Colette, elle note : « Je lui demandais de faire une photo de ses mains, car pour moi-même j’avais commencé une collection de mains, la chose la plus étonnante d’un être humain. » Cet élément graphique utilisé sous toutes les formes donne caractère, sentiments ou sensualité à l’œuvre. L’érotisme du Nu aux gantelets noirs réalisé vers 1931 tient autant à la pose d’une volupté torride qu’à ce contraste entre le cuir noir et la peau blanche du modèle. Voici Malraux au regard comme toujours un peu halluciné, et dont la bouche est entièrement masquée par la main qui tient une cigarette. La rencontre avec Cocteau fut sans doute la plus fructueuse. Les mains du poète sont célèbres. Krull les décrit ainsi : « … ses mains étaient comme des algues marines, elles vivaient une vie à part, elles bougeaient, elles se tordaient et elles étaient vivantes. Je n’ai jamais vu des mains pareilles. » La main, donc, envahit le visage du poète, d’abord comme indécises à la rencontre des lèvres ou finissant par recouvrir tout le visage. Germaine Krull réalisa des portraits de l’actrice Berthe Bovy jouant la pièce de Cocteau La voix humaine. Il lui écrira : « Je trouve à l’hôtel vos épreuves de Bovy et les miennes et je veux bien vite vous remercier. « D’abord les mains », comme dit Heurtebise. Je vous avoue que les mains (les miennes), je ne les reconnaissais pas. Je réagissais à l’inverse du pékinois d’une de mes amies. Le pékinois aime les mains de mon amie – il préfère sa main gauche – et déteste sa figure, ses jambes, etc… Lorsqu’elle approche sa main gauche de sa figure, il imagine que la figure approche de la main pour la mordre, et il aboie. / J’avais peine à identifier ces longues choses nerveuses. Ensuite, j’ai vu que ces bêtes, ces plantes mortes, sortaient d’une manche, d’un costume à moi et j’ai compris combien elles me ressemblaient plus qu’un visage. »

Franck Delorieux

Germaine Krull, sous la direction de Michel Frizot. Éditions Hazan, 264 pages, 35 euros. Catalogue officiel de l’exposition « Germaine Krull » au musée du Jeu de Paume du 2 juin au 27 septembre 2015.


Share this...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter