Marx écologiste


Marx écologiste

***

Revue culturelle et littéraire les lettres françaises MarxLe titre du petit livre de John Bellamy Foster ne fait aucune concession aux lieux communs actuels et l’auteur assène donc sa thèse, sans émettre la moindre réserve : Marx était, bien avant l’heure, « écologiste », même si ni le terme ni le concept n’existaient alors. Par une lecture attentive des manuscrits de Marx mais aussi de ses œuvres publiées, des Manuscrits de 1844 au Capital, il démontre que le supposé « prométhéisme » du penseur allemand est en grande partie inexistant. Marx était au contraire bien conscient de la fragilité du fonctionnement des mécanismes naturels que le capitalisme menaçait de plus en plus. La « rupture métabolique » au sein de la nature qu’il constatait au XIXe guidait sa critique du capitalisme au même titre que l’exploitation de l’homme par l’homme ou que le fétichisme de la marchandise. Foster démontre, par ailleurs, que cette position n’a pas disparu au sein du courant marxiste et qu’on en retrouve de nombreux échos chez Kautsky, Rosa Luxemburg, Lénine ou Boukharine. Ce serait plutôt dans l’URSS des années trente, lancée dans l’industrialisation forcée et rapide, que le point de vue « écologiste » fut abandonné. Malgré son petit format, Marx écologiste constitue donc une contribution importante à la connaissance de Marx et du marxisme. Il vise par ailleurs à réinscrire la critique du technologisme à outrance à l’intérieur de celle de l’accumulation illimitée du capital, ce qui est une démarche plus nécessaire que jamais.

 

Baptiste  Eychart.


Share this...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter