Aïtmatov et la révision des valeurs progressistes


Aïtmatov et la révision des valeurs progressistes

***

Plus qu’un récit Tuer, ne pas tuer est une méditation qui fait le point sur la pensée actuelle d’Aïtmatov qui fut pendant des années une des personnalités de l’URSS. Ses romans (Djamilia, Adieu Goulsary, Le billot, etc.), étaient empreints d’une humanité profonde qui dévoilait la grandeur et la qualité de ses personnages dans des circonstances douloureuses. L’histoire de son pays, ses drames, sa grandeur étaient le sujet inépuisable où il trouvait l’aliment de son talent.

Après la disparition de l’URSS l’auteur s’interrogea. Et, en 1995, vint un étrange objet : La marque de Cassandre. Une conversion vertigineuse s’y faisait jour vers des thèmes aussi frelatés que l’éloge du pape, la dénonciation de l’avortement, la religiosité, etc. S’il est légitime de remettre en question les valeurs qu’on a défendues après un tel séisme politique et social, fallait-il les passer par pertes et profit et adhérer à leur contraire ?

Avec Tuer, ne pas tuer Aïtmatov revient sur les questions traitées dans Cassandre, dans la perspective de la nouvelle philosophie ancrée en lui. Il expose les pensées d’un jeune conscrit russe montant au front en 1941. La perspective de devoir tuer est, certes, une violence peu plaisante. Mais renvoyer dos à dos celui qui lutte pour agrandir son « espace vital », c’est-à-dire le nazi, et le Russe qui s’y oppose, disserter sur la légitimité de l’acte militaire relève d’une démarche qui dénature la réalité des faits. Les faits – 20 millions de morts soviétiques – restent les faits. Prôner, au nom du droit à la vie, une spiritualité qui se veut transcendante par rapport à eux revient à mettre les assassins au même plan que les victimes sous prétexte que chacun tue. C’est laisser s’accomplir ce qui doit être combattu, au nom du droit à la vie. Aucune prise de hauteur ne saurait le dissimuler.

Mais dira-t-on que la posture philosophique d’Aïtmatov est intemporelle et vaudrait plutôt pour la Russie de Poutine et les exactions en Tchétchénie ? Dans ce cas pourquoi avoir situé le récit en 1941 ?

Nombre d’écrivains russes semblent redécouvrir les vertus de la religion, dans sa version réactionnaire. C’est leur affaire. Il est indiscutable qu’une dimension religieuse subsistait, bien vivace, dans la vie soviétique, ne serait-ce qu’au travers de symboles comme le Mausolée de Lénine. Cela a sans aucun doute aggravé le déficit démocratique du régime. Mais présenter la religion, dans le monde qui est le nôtre, en fouillant le passé, comme un ressort essentiel ouvrant sur plus d’humanité est abusif. Nous en resterons, pour notre part, aux premières œuvres de l’auteur, qui, pour être empreintes d’autres partis pris, font cependant la part belle à la quête de liberté, fragile mais essentielle.

François Eychart

Tchinguiz Aïtmatov, Tuer, ne pas tuer, Éditions des Syrtes, 2005, 10 euros

 


Share this...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter