N°134 – Les Lettres Françaises du 11 février 2016

Galerie

Cette galerie contient 1 photo.

Le numéro 134 des Lettres Françaises est paru ce jeudi 11 février 2016. Au sommaire : un hommage à Jean-Louis Martinoty, par Franck Delorieux et Jean Ristat ; Tolkien dans toutes ses langues, par Victor Blanc; Le Carnaval des innocents d’Evelio Rosero, par Anaïs Héluin ; Anthony Trollope, par Christophe Mercier ; Jacques Richard, par René de Ceccatty… Lire la suite

Edith Wharton en automobile

Galerie

Cette galerie contient 1 photo.

Edith Wharton, qui a vécu longtemps à Paris, était sans doute la plus française des écrivains américains. Elle était aussi l’une des plus riches, et possédait, il y a plus d’un siècle, automobile et chauffeur, avec lesquels elle sillonnait la France, de Boulogne à Cauterets, de Royat à Nice, de Toulouse à Soissons… Par Christophe Mercier Lire la suite

Sables mouvants – la chronique cinéma de Luc Chatel.

Galerie

Cette galerie contient 2 photos.

Dans sa chronique cinéma, Luc Chatel rend compte de « Je suis le peuple », le documentaire d’Anna Roussillon, ainsi que du film de Joachim Lafosse, « les Chevaliers blancs », sur l’affaire de l’Arche de Zoé. Lire la suite

Samuel Beckett – Jerôme Lindon : une relation privilégiée


Beckett 1Samuel Beckett, on l’a découvert l’an passé avec le premier volume de sa monumentale correspondance, a été un épistolier abondant. L’éditeur américain a dû effectuer un choix parmi ses très nombreuses lettres, et a fait celui de se concentrer sur Beckett écrivain, et de laisser de côté sa vie privée, dont on ne sait, concernant sa vie d’adulte, pas grand-chose, sinon qu’il vivait avec une compagne, Suzanne Deschevaux-Dumesnil, habitait rue des Favorites, Paris XVe, et possédait une maison de campagne à Ussy-sur-Marne. A propos d’un homme dont la discrétion est si légendaire, on comprend que l’éditeur ait laissé la vie privée de côté. On regrette néanmoins que cette édition « à l’américaine » multiplie les notes (jusqu’à préciser que Manon Lescaut est un roman de l’abbé Prévost !) et que la place occupée par lesdites notes aurait été plus avantageusement consacrée à des lettres supplémentaires de l’écrivain…

Les diverses présentations de ce deuxième volume (qui, à elles seules, occupent cent pages !) nous apprennent que Beckett et sa compagne ont participé activement à la Résistance, et vécu dans la clandestinité, ce qui explique l’absence de lettres des années 1940-1944, et que nous retrouvions Beckett à la fin de la guerre.

Beckett, en 1945, est principalement l’auteur d’un unique roman publié, Murphy, écrit en anglais et paru en 1938. Pendant la guerre, il a écrit (toujours en anglais) Watt, pour lequel il ne trouve pas d’éditeur (le livre dans sa version originale anglaise ne paraîtra qu’en 1953). C’est en 1946 qu’il commence à écrire en français : ce sera Mercier et Camier, dont il n’est pas satisfait, mais qu’il envoie malgré tout aux éditions Bordas, qui ont accepté sa traduction française de Murphy, qui sortira, dans l’indifférence générale, en 1947. Entre-temps, Bordas a accepté Mercier et Camier, puis Molloy, sans toutefois les publier. Beckett reste un auteur extrêmement confidentiel.

Le changement pour lui se produira en octobre 1950 lorsque Jérome Lindon, directeur des éditions de Minuit, publie avec enthousiasme Molloy (qui paraît au début de 1951), avant de signer un contrat pour Malone meurt et L’Innommable, qui attendent dans les cartons de l’auteur. Dès lors, les noms de Beckett et de Lindon seront à jamais associés dans la légende de la littérature française de la deuxième moitié du XXe siècle.

Dans ce volume copieux, les lettres à Lindon sont souvent les plus intéressantes, celles dans lesquelles on s’approche le plus d’une forme d’intimité de Beckett, – son « intimité littéraire », du moins, pourrait-on dire. On le voit en proie à des doutes chroniques, qui vont jusqu’à refuser à Lindon de publier Mercier et Camier (20 janvier 1954 : « Pour M. & C je suis désolé que vous preniez ça au sérieux. Je ne pourrais vraiment pas supporter que ce texte soit divulgué de mon simili-vivant. Il peut toujours avoir sa place, si vous y tenez dans un volume intitulé Merdes Posthumes. (…) L’idée de Watt déjà m’empourpre jusqu’aux os. Si on le réservait pour les M.P ? »). Watt, dernier roman écrit en anglais par Beckett, finira par sortir chez Minuit en 1968, co-traduit par lui, et Mercier et Camier en 1970. Lindon avait su se montrer obstiné et convaincant.

On découvre aussi un auteur d’une grande susceptibilité – susceptibilité justifiée – lorsque les textes qu’il a choisi de laisser paraître ne sont pas respectés par les directeurs de revues qui l’ont sollicité : il en voudra énormément à Jean Paulhan d’avoir supprimé sans l’en avertir un passage de l’extrait de L’Innommable donné en prépublication à la NRF, et lui écrira une lettre incendiaire que Jérome Lindon, à qui il l’a montrée, lui conseillera de ne pas envoyer.

Car Lindon – avec souvent Suzanne Deschevaux-Dumesnil pour intermédiaire – est véritablement son double public, le conseille, le tempère, l’encourage, – et ira jusqu’à le représenter, bien plus tard, en 1969, à la cérémonie de remise du prix Nobel. Mais Beckett n’a pas attendu célébrité et les honneurs pour manifester une sainte horreur des manifestations publiques : il précise à Lindon que si l’un de ses romans (et c’est bien avant qu’il soit l’auteur encensé de Godot) reçoit un prix, il refusera toute photographie et toute interview.

Beckett 2S’il sait se montrer rancunier, comme dans le cas de Paulhan, il se montre aussi attentif à ceux qui savent le lire, et l’écrivent, et remercie chaleureusement Jean Blanzat pour un article inattendu et enthousiaste sur Molloy dans le « Figaro Littéraire ». On aurait aimé lire la lettre qu’il a sans doute écrite à Jean Anouilh lorsque celui-ci a écrit un article décisif sur En attendant Godot (« les Pensées de Pascal réécrites par les Fratellini »), mais l’éditeur américain de la correspondance connaît sans doute mal Anouilh, et fait à peine allusion à cet article qui témoignait de l’indépendance, de la justesse de vue et de la générosité du dramaturge français le plus joué à l’époque, qui avait aussi su défendre Les Chaises de Ionesco, avec qui, on l’apprend dans cette correspondance, Beckett entretenait des relations cordiales, et qu’il admirait au point d’accepter l’idée qu’un metteur en scène anglais montât son Acte sans paroles dans le même spectacle que Les Chaises (novembre 1956).

Car la vie de Beckett change radicalement avec la création de Godot (janvier 1953) : de romancier confidentiel, il devient dramaturge mondialement connu, et dès lors, dans sa correspondance, les lettres de l’homme de théâtre occupent plus de place que celles du romancier. Comme ses romans, il traduit (ou réécrit) lui-même souvent ses pièces en anglais, et contrôle les représentations à l’étranger, y compris la mise en scène, et la direction des acteurs. En décembre 1955, une étonnante lettre à Peter Hall, qui devait créer la pièce à Londres, insiste pendant quatre pages sur l’intonation que doivent avoir les acteurs pour telle ou telle réplique ( « Good ? Fair ? etc... Le ton doit descendre de l’espoir à l’abattement. (…) Adieu. Prononcer adioo. (…) Donner tout son poids au silence entre We are happy d’Estragon et What do we do know etc»).

En 1956, quand s’achève ce deuxième volume (sur 4 que comptera l’édition), Beckett a publié Nouvelles et Textes pour rien et s’apprête à faire représenter Fin de partie.

Le tome III, dans lequel on assistera à la naissance de Comment c’est (1961) de Oh les beaux jours ! (1963) qui sont peut-être (avec, sans doute, bien plus tard, Compagnie) les sommets de l’oeuvre, annonce des moments lecture passionnante. Rendez-vous en 2016.

 

Christophe Mercier

 

Samuel BECKETT Lettres II : 1941-1956. Les Années Godot (Gallimard, 750 pages, 54 euros).


Entre les mâchoires des ténèbres

Galerie

Cette galerie contient 2 photos.

Hélène Cixous et Olivier Charneux se tournent vers le nazisme dont ils dénoncent la monstrueuse machinerie. Les deux approches de la question sont différentes : alors qu’Olivier Charneux met en scène son grotesque personnage, à partir de faits avérés et dans un décor historique hélas connu, Hélène Cixous, elle, conduit le lecteur dans le labyrinthe de la mémoire familiale, arrachant la tragédie à la scène objective des archives, pour la replacer sur la scène intime… Par René de Ceccatty. Lire la suite