Art, génie, morale : A propos de Gauguin et Derain

Galerie

Deux grandes expositions célèbrent deux créateurs qui ont marqué la fin du XIXe et le début du XXe siècle, par leur exceptionnelle créativité, leur non-conformisme, allant pour l’un jusqu’à faire parler de « sauvagerie » (revendiquée), pour l’autre à confronter le visiteur à un « fauve ». Ne modérons pas notre impression : les deux expositions consacrées à Gauguin au Grand Palais et au Derain des années 1904-1914 au Centre Pompidou sont éblouissantes… Par Philippe Reliquet. Lire la suite

« Moi cristal », l’abstraction selon Paul Klee

Galerie

Centrée sur la dimension abstraite dans l’œuvre de Paul Klee, l’exposition présentée à la Fondation Beyeler à Bâle, montre comment l’un des artistes majeur de l’art moderne européen relève le défi du rejet de la figuration dans la peinture, peu de temps après l’apparition de cette tendance radicale au début du XXe siècle… Par Jean-Jacques Régibier. Lire la suite

Louis Gillet toujours vivant

Galerie

Louis Gillet (1876-1943) est un historien de l’art qu’on a oublié et dont le second livre, « Histoire artistique des ordres mendiants », qui date de 1924, reparaît aujourd’hui aux éditions Klincksieck, qui avaient déjà réédité l’an dernier sa traduction des « Peintres italiens de la Renaissance » de Berenson… Par Didier Pinaud Lire la suite

Delphine Hecquet : dire l’indicible

Galerie

En tout juste deux spectacles, Delphine Hecquet affirme une volonté d’œuvrer dans des régions singulières pas souvent arpentées dans les réalisations d’aujourd’hui. La voilà qui nous livre un étrange et passionnant spectacle, « Les Évaporés », qui s’appuie sur un phénomène bien connu au Japon dans les années 90, celui de la disparition sans laisser de tarce de milliers de personnes.. Par Jean-Pierre Han. Lire la suite

Quelques vérités à rétablir sur Lénine

Galerie

La figure de Lénine est encore au centre de bien des enjeux, aussi bien historiques que politiques, en ce centenaire de la Révolution russe d’Octobre 1917. Lucien Sève œuvre au rétablissement de quelques vérités par une discussion aussi vigoureuse que bienvenue de la doxa ambiante… Par Baptiste Eychart Lire la suite

Delorieux : la grâce plus belle que la beauté

Galerie

C’est en tant qu’écrivain mais aussi en tant que photographe que Franck Delorieux s’exprime dans le « Rameau vert ». Cette œuvre d’un élégant format (31 X 23 cm) réunit en effet une cinquantaine de photographies introduites par un très beau texte, aussi érudit que sensible… Par Marc Sagaert. Lire la suite

The Square : Le charme discret de l’ameublement scandinave

Galerie

« The Square » est la surprenante Palme d’or du festival de Cannes 2017. Que reste-t-il alors de ce film, une fois écarté le contexte festivalier qui ne permet plus que de jauger et non pas de juger ? Une version nordique et « intello » du « Charme discret de la bourgeoisie » pourrait être une réponse fondée… Par Eric Arrivé Lire la suite

Karel Capek en Angleterre

Galerie

Des notes de voyage dans l’Angleterre de George V, écrites par l’auteur de La Guerre des salamandres, et illustrées par lui-même : un petit livre réjouissant de bout en bout. Karel Capek est un modèle de voyageur : cultivé, ouvert, observateur, mais jamais dupe de ce qui lui passe sous les yeux. Et d’une constante drôlerie… Par Christophe Mercier Lire la suite

Luke Short, Western littéraire

Galerie

Auteur d’une bonne cinquantaine de romans, l’Américain Luke Short (1908-1975) est absolument inconnu en France, où il a été traduit pour la première fois en 2016, sous les auspices de Bertrand Tavernier qui, après « Ciel rouge », nous en propose aujourd’hui un deuxième roman, « Femme de feu » (« Ramrod », 1943)… Par Christophe Mercier. Lire la suite

Maxime Cochard, les jeux du désir et de l’ambition

Galerie

Je pensais trouver, en lisant « Cette infortune », premier roman de Maxime Cochard, une odeur du XIXe siècle. Un jeune homme de province, avide de vie et de grandeurs, se rue sur la capitale pour y découvrir ses plaisirs et conquérir le monde. Pourtant, si l’on peut rapprocher ce livre du roman réaliste du XIXe, et notamment de « Lucien Leuwen » de Stendhal, pour le dilettantisme du personnage, c’est plutôt vers le XVIIIe que Cochard nous emmène… Par Victor Blanc. Lire la suite